LA DEMOCRATIE PARTICIPATIVE – Décortiquons le français #2

La démocratie participative (DP) est une expression reconnue, elle a même sa propre fiche au centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT). Il y a tout un concept derrière cette expression. Ses objectifs sont managériaux et sociaux. Elle permet de garder le lien avec les administrés, recueillir leurs conseils et surtout, prévenir les conflits « dans un objectif d’optimisation /…/ des décisions prises ». Il est aussi noté qu’elle permet d’améliorer la cohésion sociale « voire la paix sociale » et de favoriser la confiance entre administration locale et citoyens.
Il y a trois degrés de DP: La consultation, la concertation et la co-élaboration. Les moyens utilisés à sa mise en oeuvre sont l’information, le débat ouvert, les tables rondes, les fiches de questions à choix multiples…

Dissection de l’expression

D’après le Larousse, la démocratie est un « système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple » et participation signifie « action de participer à quelque chose, part prise à quelque chose ».
La démocratie est le pouvoir du peuple, et la participation est le fait d’agir. La démocratie participative est donc un beau pléonasme, qui est une figure de style consistant à utiliser des synonymes pour renforcer une idée.

Où est l’arnaque ? 

Nous avons besoin de renforcer quelque chose lorsque cette chose devient faible. Si nous avons besoin de renforcer la démocratie, c’est un aveu d’échec de la mise en oeuvre de notre démocratie.
Grâce à la fiche du CNFPT, on a la preuve que ce concept de démocratie participative (DP) est une manipulation. La DP est là pour prévenir les conflits dans un objectif d’’optimisation des décisions prises, elle a aussi été inventée pour améliorer la paix sociale. Il faut savoir aussi que dans les deux premiers niveaux de DP, la consultation et la concertation, « le pouvoir décisionnel reste toutefois exclusivement dans les mains de l’autorité publique ». Le dernier niveau de DP, la co-élaboration, oblige seulement l’autorité publique à « se justifier si elle ne suit pas les conclusions des débats /…/ citoyens ».
Pourquoi créer l’expression « démocratie participative » pour renforcer l’idée de démocratie si les façons de la mettre en oeuvre n’obligent pas les représentants du peuple à représenter le peuple ?

La citation de conclusion 

Gérard Barry a dit « En démocratie, vous dites ce que vous voulez, et vous faites ce qu’on vous dit ».

 

————————————————
Je n’arrive pas à retrouver le contexte de cette citation, si quelqu’un le connait, merci de m’en informer. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s